Le marché immobilier gagne actuellement de l’ampleur dans l’Hexagone. En effet, l’investissement dans la pierre vient juste de toucher le million de transactions.

La barre touchée en 2019

Les investisseurs immobiliers ont affaire à une entière satisfaction. À titre de rappel, en 2018, les ventes atteignaient déjà les 985 000 transactions. Pour 2019, la barre du million de cessions est ainsi atteinte. Elles peuvent même aller au-delà de ces chiffres. Une augmentation de 2,6 % a été constatée dans le bilan publié le 3 juillet, à l’initiative de la Fnaim ou Fédération nationale de l’immobilier. Le marché immobilier devient ainsi invincible face à toutes sortes de crises, y compris celle des gilets jaunes.

Si le secteur connaît un tel essor, c’est surtout grâce à la baisse des taux d’intérêt. Les crédits, quant à eux, environnent le 1 % sur une période d’une vingtaine d’années. Les banques ne se montrent plus très strictes en matière d’apport personnel. Ce dernier est réduit à environ 14 % de la totalité de la valeur du bien, contre 25 % en 2015.

En ce qui concerne les prix

Les prix ne cessent pas d’augmenter. Selon les chiffres publiés le 30 juin, la hausse est d’environ 3,3 % contre 4,3 % en 2018. Une augmentation de prix de 1,4 % est aussi remarquée en province. Pourtant, en 2018, la progression atteignait les 3,9 %. Selon la Fnaim, les prix diminuent dans plusieurs villes.

Tel est, par exemple, le cas de Mulhouse avec un recul de 2,9 %. Au Mans, la baisse correspond à 2 %. Pour Clermont-Ferrand, Reims et Montpellier, cette chute de prix est respectivement de 1,4 %, 0,4 % et 0,2 %. Une légère augmentation du prix immobilier concerne Lille (0,7 %) et Bordeaux (2,6 %) sur une période d’une année. La Fnaim met, toutefois, l’accent sur le cas exceptionnel à Nantes. En effet, dans cette ville, le prix de vente moyen au m² connaît une revalorisation dépassant les 8 %.

L’investissement en pleine progression

Les Français s’intéressent de plus en plus à l’investissement immobilier. Le résultat de l’enquête menée à l’initiative de l’IFOP montre que 66 % des enquêtés prévoient un bon moment pour se lancer à l’achat. Tandis que 49 % d’entre eux signalent une meilleure période pour procéder à la vente. Sans doute, les acquéreurs ont librement accès aux emprunts auprès de leurs institutions financières. D’ailleurs, la prolongation de la durée de remboursement offre aux ménages l’occasion d’acquérir un bien immobilier avec des mensualités minimes.

Actuellement, plus de 40 % des emprunts s’étendent sur plus d’une vingtaine d’années. À noter aussi que les Français investissent dans la pierre dans le but de trouver un complément de revenus. L’investissement locatif correspond même à près de 30 % des transactions, d’après Century 21.